Now Reading:
La Russie veut-elle retourner l’Afrique contre l’Ukraine avec des récits fictifs?

La Russie veut-elle retourner l’Afrique contre l’Ukraine avec des récits fictifs?

Vous êtes sans ignorer que, certains pays africains s’efforcent de ne pas voir l’agression russe contre l’Ukraine. Ils sont poussées par la peur de la Russie ; tentatives actives de négocier en Occident le prix maximum d’un changement de poste ; calculs  géopolitiques, qu’il y aura un monde multipolaire, dit postcolonial ; proximité et contacts personnels avec le régime autoritaire de Moscou et plus primitif – intérêts commerciaux et coopération militaro-technique. Le désir de ne pas voir les crimes russes est parfaitement combiné avec les récits de la propagande russe.

Pour mieux comprendre la problématique, je propose d’examiner plus en détail la « situation de l’information » dans le monde africain.

L’un des récits les plus dommageables de la Russie est la présentation de l’agression armée contre l’Ukraine comme un conflit entre l’OTAN et la Russie. L’Alliance de l’Atlantique Nord est souvent associée à un pays spécifique – les États-Unis. L’Ukraine dans ce triangle n’est qu’un territoire et une ressource pour les conflits. Rejetant catégoriquement le droit à l’existence et à l’autodétermination de l’Ukraine, la Russie promeut ses « préoccupations sécuritaires légitimes » concernant l’avancée de l’OTAN vers l’est et les menaces mythiques de l’Ukraine. Sur fond de sa propre expérience historique de l’affrontement entre l’Occident et l’URSS pendant la guerre froide, le monde africain « comprend » et accepte ce récit.

La propagande russe met l’accent sur le « colonialisme occidental » et rappelle comment il a apporté « la démocratie et la liberté » qui étaient inutiles et incompréhensibles pour le monde africain par la force des armes. Dans ce contexte, la Russie se révèle être un pays puissant qui ne laisse jamais ses partenaires dans une situation difficile, rappelant le soutien de la Libye, de la RCA, du Mali. En conséquence, la Russie prétend être un défenseur du monde africain contre le colonialisme occidental avec ses valeurs inutiles. Paradoxalement, la lutte de l’Ukraine pour sa liberté et son intégrité territoriale n’est pas perçue comme une guerre contre les ambitions impérialistes coloniales de la Russie. Au contraire, il est largement admis que la victoire de l’Ukraine renforce l’Occident et qu’elle reviendra à nous avec ses droits de l’homme et sa démocratie. Pendant ce temps, la Russie autoritaire, qui ne se soucie guère des normes et des valeurs démocratiques, se présente comme un partenaire plus fiable, compréhensible et prévisible.

Dans le monde d’aujourd’hui, il est nécessaire de faire la distinction entre de tels récits et de continuer à lutter contre eux et à faire entrer l’agression russe dans son véritable cadre d’information. De nombreux faits et arguments irréfutables témoignent de la non-provocation de l’agression de la Russie contre l’État souverain d’Ukraine, qui s’accompagne de nombreux crimes de guerre et montre des signes de génocide. Dans ce récit réel, la Russie a attaqué l’Ukraine, rejetant le droit même de l’État à exister. Les africains doivent comprendre que l’État de l’Ukraine et le peuple ukrainien sont perçus par la Russie comme la principale menace, et que les « préoccupations sécuritaires » non mythiques.

 

Sur ce, L’OTAN, qui a une frontière avec la Russie depuis 2004 et n’a pas menacé la Russie depuis 18 ans..

La Russie essaie activement de prendre une position de leader dans l’espace de l’information des pays africains et de déplacer les grandes puissances mondiales, telles que la Chine ou l’UE.

La présence et l’influence des médias sur les décisions politiques et commerciales des gouvernements sont importantes. Aussi, personne n’a remis en cause la composante puissance, la Russie est présente sous forme de mercenaires ou de sociétés militaires privées dans de nombreux pays, est impliquée dans des conflits régionaux, contrôle les gisements de certains minerais dans les parties équatoriales et dans l’ensemble de l’Afrique, où la France précédemment influencé.

On notera également les activités de l’APC de Wagner et le fait que ces mercenaires, des Russes qui y travaillent, soutiennent des régimes dictatoriaux. Dans certains endroits, ils jouent un rôle crucial. Leur influence n’est pas fatale, bien sûr, ils ne sont pas présents partout. Mais si nous mentionnons le Mali, la République centrafricaine, une partie de la Libye et quelques autres points de conflit, nous verrons qu’ils ont fait des progrès. Ils peuvent effectivement contrôler plusieurs gouvernements africains. Ils protègent ces dictateurs, participent à des soulèvements militaires pour les dictateurs qui acceptent d’être des marionnettes et partagent ensemble les ressources locales. Et ils vont là où les institutions étatiques sont faibles. Malheureusement, il y en a beaucoup sur le continent africain. Et agir comme une force décisive dans les conflits qui surviennent dans l’environnement militaire, parmi les élites commerciales locales.

Réfléchissons, quels sont les intérêts économiques de la Russie dans ce qu’elle fait ? Et quel est l’avantage économique de diffuser leur propagande et d’envoyer la compagnie militaire privée de Wagner ?

– La participation à la distribution des ressources naturelles, si l’on parle par exemple de l’Afrique de l’Ouest, est une menace pour les gisements de minerai d’uranium, très dépendants d’un grand groupe nucléaire français, qui a une de ses bases de matières premières sur le continent africain. Métaux non ferreux, métaux précieux et pierres précieuses, autres types de ressources, leur distribution et leur participation aux flux de contrebande. La part de la vente de toutes ces matières premières rapporte intégralement et rapporte des bénéfices à ses véritables propriétaires.

– Revenons à l’impact de la guerre, qui a créé une énorme crise que nous avons maintenant avec les produits agricoles, l’incapacité de l’Ukraine à exporter ses produits agricoles vers l’Afrique.

Bien sûr, il s’agit d’une augmentation des prix des denrées alimentaires. Certaines institutions financières internationales réputées prédisent une récession mondiale. Toujours dans une situation où l’économie mondiale est en déclin, les plus pauvres souffrent le plus. Parce que nous avons en Afrique des pays très peuplés, traditionnellement présents une réglementation étatique des prix alimentaires de l’ensemble de base (huile, pain, farine)… Des pays qui ont déjà connu des troubles sociaux causés par la hausse des prix alimentaires ou l’incapacité du budget à soutenir subventions, les gouvernements prennent ce problème très au sérieux. J’espère qu’il n’y aura pas de famine massive en Afrique, qu’il y aura assez de nourriture d’une manière ou d’une autre, la question est le prix de ces aliments.

– L’objectif de la Russie est de rendre l’Ukraine coupable de famine, de rejeter la responsabilité d’augmenter la pression sur l’Ukraine, sur la victime de l’agression, qui sera désormais prétendument responsable de la souffrance des Africains.

En même temps, c’est une façon de détourner l’attention sur le fait que, comme vous le dites, les Ukrainiens souffrent – en fait, les habitants du continent africain souffrent vraiment.

Moscou se frotte aussi les mains en anticipant que l’Europe sera confrontée à une nouvelle vague de réfugiés (désormais en provenance de pays africains), qui déstabilisera davantage l’Union européenne, ce qui fait partie des plans du Kremlin.

Il est difficile pour le Kremlin de convenir que tout le monde devrait jouir du droit humain à la liberté d’expression et que le gouvernement devrait rendre des comptes à son peuple. La Russie a accusé les États-Unis d’inciter à des soulèvements, de préparer des révolutions en Géorgie, au Kazakhstan, au Kirghizistan, en Moldavie, en Ukraine et dans tout le Moyen-Orient et l’Afrique. Si le mouvement populaire défend la démocratie et la réforme et ne répond pas aux intérêts géopolitiques de la Russie, le Kremlin critique souvent sa légitimité et prétend que les États-Unis sont derrière lui. Ces allégations sans fondement sont souvent portées contre des organisations de la société civile locales et internationales, ainsi que contre les médias indépendants, qui dénoncent les violations des droits humains et la corruption. Le Kremlin essaie de nier aux pays voisins la liberté d’action, la dignité et l’indépendance dans la poursuite de leurs droits, ce que le Kremlin prive les citoyens russes.

Il est évident que chaque pays a ses propres intérêts nationaux et choisit indépendamment les moyens de les protéger. Cependant, appeler les choses par leur nom est la première étape vers une fin juste à l’agression de la Russie contre l’Ukraine. La diffusion des récits russes vise cette première étape. L’agresseur crée une réalité informationnelle déformée, car c’est le seul espace où il peut exister.

Papy Okito Teme

 

Leave a Reply

Input your search keywords and press Enter.