Now Reading:
Afrique : Nairobi est-elle un paradis-enfer des Congolais ? (Billet de Paul Zaïdi)

Afrique : Nairobi est-elle un paradis-enfer des Congolais ? (Billet de Paul Zaïdi)

En tout cas il y a à boire et à manger à Nairobi, la capitale et la plus grande ville du Kenya. Les plans machiavéliques ainsi que les résolutions tendancieuses à la pacification de la République Démocratique du Congo, s’effectuent dans cette capitale Kenyane.

https://youtu.be/h1QTkx4hB04?feature=shared

Le bien-être national de ce grand pays situé au cœur de l’Afrique, est suffisamment menacé par l’exilé Corneille Nangaa Yabeluo en étroite collaboration avec les forces irrégulières du pays. Cet opposant au régime de Kinshasa, ancien Président de la commission électorale nationale indépendante (CENI) et Président du parti politique Action pour la Dignité du Congo et de son Peuple (ADCP).

Ce proche de l’ancien Président congolais Joseph Kabila Kabange, a officiellement annoncé le vendredi 15 décembre 2023 le lancement d’une nouvelle coalition dénommée « Alliance Fleuve Congo ». Une structure rebelle qui amplifie la dangerosité de la guerre asymétrique dans la partie orientale de la RD Congo.

Puisqu’il a souligné que c’est une lutte politique, sociale et éventuellement armée, si cela s’avère nécessaire et justifié. En réaction à ce mouvement politico-militaire, le Président sortant et candidat à sa propre succession Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo a réagi à chaud lors d’un meeting à Tshikapa dans l’espace grand Kasaï que, aucun coup ne sera encaissé sans aucune réponse à la taille d’une éventuelle provocation armée.

En effet, le vendredi 23 novembre 2018 à Nairobi au Kenya précisément, à Serena-Hotels les deux leaders de l’Opposition à l’époque (Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo et Vital Kamerhe Lwakaningini), accompagnés de leurs conseillers avaient signés un accord électoral.

Peu avant cet événement, ces derniers avaient déjà retirés leurs signatures de l’accord de Genève du 11 novembre 2018 faisant de Martin Fayulu le candidat commun de l’Opposition. Selon eux, ils ont été victimes d’un complot, indexant Jean-Pierre Bemba et Moïse Katumbi, écartés de la course à la magistrature suprême par la Cour constitutionnelle.

D’entrée de jeu, le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) et les rebelles du Mouvement du 23 Mars (M23) s’étaient engagés à mettre fin au conflit dans l’est du pays, dans des documents signés le jeudi 12 décembre à Nairobi au Kenya, cette prise de décision historique était motivée par le succès de l’armée congolaise, appuyée par une brigade d’intervention de l’ONU.

En novembre de la même année, les forces armées de la RDC (FARDC) avaient mis en déroute les rebelles du M23 avec l’appui de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en République Démocratique du Congo (MONUSCO). C’est delà que la sublimation du mouvement rebelle en parti politique s’est établie.

Toutefois l’histoire renseigne qu’après des atrocités et autres violations massives des droits humains dans l’Est du pays, le premier round de négociations entre le gouvernement congolais et les groupes rebelles, dont le mouvement du 23 mars (M23), s’etait achevé le 27 avril 2022 à Nairobi.

Il s’agissait des consultations engagées entre les délégués d’environ trente groupes armés de l’Est de la RDC et des émissaires de la présidence congolaise. Des observateurs américains, français et de tous les pays membres de la Communauté des États d’Afrique de l’Est (EAC) étaient également présents.

Paul Zaïdi

Leave a Reply

Free Porn porn Sex
Input your search keywords and press Enter.