Marche du 30 août à Goma : la LUCHA révoltée contre la condamnation des Wazalendo par le tribunal militaire

Posted on

Le tribunal militaire de garnison de Goma a condamné le prophète Ephraïm Bisimwa de la secte religieuse de « wazalendo » et ses coaccusés à une peine de mort et d’autres adeptes détenus à des peines allant de 10 à 20 ans de servitude pénale. Le verdict a été rendu ce lundi 9 octobre 2023 lors d’une audience à la Prison Centrale de Munzenze à Goma.

Au lendemain du verdict, le mouvement citoyen Lutte pour le Changement, LUCHA fait savoir que cette condamnation est d’autant plus absurde que plusieurs responsables intellectuels et exécutants du massacre de Goma du 30 aout jouissent d’une impunité totale, alors que les différentes correspondance écrites, les témoignage, les support audiovisuel révèlent sans équivoque les identité des donneurs d’ordre et le nombre élevé des militaires déployés en exécution .

Dans une correspondance parvenue à notre rédaction ce mardi 10 octobre 2023, ce mouvement citoyen indique que ces trois accusations fantaisistes (association des malfaiteurs, participation à un mouvement insurrectionnel et meurtre) n’ont pourtant pas été soutenues par des preuves au cours du procès.

« Les innocents condamnés n’ont pris part a aucune manifestation le 30 aout dernier encore moins à la triste lapidation du policier intervenu de longues heures apres l’arrestation de certains d’entre eux », a lâché un des militants.

Ce groupe de pression invite la cour militaire de Garnison à annuler ce jugement qu’il qualifie de honteux en acquittant les fidèles de cette secte de
«Wazalendo » injustement condamné selon eux et de poursuivre les auteurs intellectuels du massacre lors de ces manifestations du 30 août 2023.

« Nous donnons deux semaines à la cour militaire de garnison, une fois l’annulation du jugement ne pas faite, nous allons projeter des actions de grande envergure», a-t-il conclu.

Rappelons que les manifestations du 30 août dernier restent historiques au sein des cœurs de victimes de la répression sanglante ayant causé des morts, des blessés et des détenus. La population congolaise et la communauté internationale attendent que justice soit rendue.

Love Katsongo

  • Share

0 Comments

Leave a comment