Now Reading:
Carnage du 30 août à Goma : Voici les peines proposées par le ministère public contre les militaires GR incriminés

Carnage du 30 août à Goma : Voici les peines proposées par le ministère public contre les militaires GR incriminés

Le procès contre les officiers impliqués dans le meurtre de 56 civils mercredi 30 août dernier à Goma dans la manifestation de la secte Messianique Wazalendo réclamant le départ de la Monusco se poursuit à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu.

20 ans de servitude pénale pour les 4 soldats de deuxième classe, 10 ans de prison pour le Colonel Bawili et Condamnation à mort et exclusion dans l’armée du Colonel Mike Mikombe, telle est la déposition du ministere public contre ces militaires et officiers de la Garde Républicaine (GR) accusés d’être les auteurs de ce carnage qui avaient laissé toute la province du Nord-Kivu dans l’émoi.

Considéré comme le cerveau moteur du carnage, le colonel Mike Mikombe est accusé du meurtre, destruction de matériel de guerre et incitation de militaires à commettre des actes contraires à la loi.

Cependant, la partie de la défense a demandé à la cour d’inviter le Lieutenant Général Constant NDIMA, gouverneur militaire du Nord-Kivu et commandant des opérations militaires lors des faits, afin de passer à la barre et éclairer la justice sur certains points saillants .

Lors de l’audience du même vendredi 29 septembre, qui était à sa 19e, la défense a demandé à la cour militaire du Nord-Kivu d’acquitter le colonel Mikombe et lieutenant-colonel Donatien Bawili.

Se référant aux jurisprudences des cours et tribunaux nationaux et internationaux, l’auditeur supérieur a affirmé que même si le colonel Mikombe n’a pas tiré individuellement sur des adeptes Wazalendo présumés, il a établi cependant la responsabilité pénale. L’arrêt de la cour militaire du Nord-Kivu est attendu la semaine prochaine.

Jérémie Kabali

Leave a Reply

Free Porn porn Sex
Input your search keywords and press Enter.