Now Reading:
Ituri : La RFO qualifie l’attaque contre l’une de ses positions ‹‹ d’un obstacle ›› à la protection de la faune et flore

Ituri : La RFO qualifie l’attaque contre l’une de ses positions ‹‹ d’un obstacle ›› à la protection de la faune et flore

Attaque d’un poste de patrouille des éco-gardes le mardi 12 septembre dernier à Babesua, en territoire de Mambasa dans la réserve de faune à Okapi d’Epulu, cette aire protégée sort de son silence.

La RFO qualifie cette attaque armée « d’un obstacle » pouvant impacter négativement la protection la faune et la flore très diversifiées dans cet espace situé à plus de 230 kilomètres au sud de Bunia dans le territoire de Mambasa.

Reportage et explication du fait

Dans un communiqué de presse rendu public ce mercredi 13 septembre, la direction de la Réserve de Faune à Okapi condamne cette nouvelle attaque contre sa position de Babesua sur la nationale numéro 4.

Le contenu de ce document portant la signature du directeur et chef de la réserve Papy Shamavu, l’on peut lire qu’aucun blessé ni mort n’a été enregistré lors de cette incursion d’hommes armés identifiés par le chef du village comme des présumés miliciens Maï-Maï.

‹‹ La Direction de la Réserve de Faune à Okapis (RFO) déplore une nouvelle attaque armée survenue le 12 septembre 2023 dans la Réserve contre sa position située dans la localité de Babesua sur la route nationale 4 dans le Territoire de Mambasa, dans la Province de l’Ituri. La Direction de la RFO souhaite confirmer qu’il n’y a pas eu de blessés ou de morts enregistrés parmi les éco-gardes ou les assaillants au cours de l’attaque, et que la zone est de nouveau sous le contrôle des éco-gardes ›› lit-on dans ce communiqué de presse.

Son responsable qualifie cette énième incursion d’un obstacle à la protection de la faune et la flore s’y trouvant. Pour Papy Shamavu, signataire de ce communiqué, la direction de la RFO promet que les auteurs de cette attaque ne resteront pas impunis tant qu’ils seront démantelés par les services déjà mis en place.

‹‹ Cette attaque armée contre l’infrastructure d’un site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO constitue un obstacle à la protection de la faune et de la flore très diversifiées de la RFO. La Direction de la RFO interpelle fermement les auteurs de cette attaque de stopper leurs activités illégales et promet tout faire pour que ces actes odieux ne restent pas impunis ›› ajoute-t-il.

Quid de la responsabilité des communautés locales ?

Néanmoins, la Direction de cette aire protégée fait appel à la prise de conscience des personnes qui se retrouvent dans la Réserve dans des zones non autorisées de cesser leurs activités illégales et de quitter immédiatement.

Pour y arriver, la RFO sollicite l’accompagnement des communautés locales.

‹‹ La direction de la RFO sollicite la collaboration des communautés locales et le soutien des autorités à tous les niveaux pour protéger l’intégrité de la Réserve aujourd’hui menacée par l’exploitation minière illégale, le braconnage, le trafic d’espèces sauvages et la déforestation, alors que la RDC s’est positionnée comme pays solution au changement climatique au niveau mondial ›› conclut le communiqué.

Il faut rappeler que, selon le chef du village attaqué, au-moins 2 armes des éco-gardes ont été emportées par ces inciviques identifiés comme des présumés miliciens Maï-Maï.

Nickson Manzekele depuis Bunia

Leave a Reply

Input your search keywords and press Enter.