Now Reading:
Beni : Les maladies bactériennes font l’apparition sur les bananiers en secteur de Ruwenzori

Beni : Les maladies bactériennes font l’apparition sur les bananiers en secteur de Ruwenzori

Localisation de la zone affectée

Et pourtant, les bananiers constituent une culture importante dans le secteur de Ruwenzori en territoire de Beni au Nord-Kivu, la maladie de Fusariose provoque d’énormes dégâts vasculaires importants sur différents groupes variétaux de bananiers, les rendant pratiquement improductifs. Dans plusieurs agglomérations du secteur de Ruwenzori notamment, les villages de Masambo et Kotongo Ighaviro en groupement Basongora.

A alerté M. Président de la société civile forces vives cellule de la localité de Masambo en groupement Basongora l’avant-midi du samedi dernier, lors d’une interview exclusive accordée à lesvolcansnews.net .

Caractéristique de cette maladie

D’emblée, les symptômes s’observent surtout après le stade rejet à feuilles lancéolées, particulièrement à la floraison. Décoloration et flétrissement des bractées florales, noircissement et racornissement du bourgeon mâle. Les feuilles jaunissent, flétrissent, noircissent, fanent et se cassent (y compris le faux tronc).

Selon M. Katavali l’un des responsables des plantations des bananiers, on observe des rayures jaunes ou marron au niveau vasculaire sur l’ensemble de la plante et, sur une section à la base du faux tronc ou de la souche, une sécrétion jaune pâle bactérienne. Ceci entraîne le flétrissement des régimes avec maturation prématurée et coloration interne brun rougeâtre des fruits.

Les conséquences fâcheuses

De façon exponentielle, la plante meurt dans le mois de l’apparition de n’importe lequel de ces symptômes (un mois après l’infection). La transmission se fait par les insectes butineurs, le matériel végétal infecté (rejets, régimes, feuilles), les outils et les hommes, mais aussi par les animaux, l’eau de ruissellement, les éclaboussures d’eau de pluie et le vent, a-t-il fait savoir.

Bénéfice et impact économique

Il est à noter que, la variété Gros Michel est toujours la référence de consommation de banane dessert dans la grande majorité des entités agricoles, et représente encore une importante production estimée à environ 6 milles de tonnes par an.

Les précautions adoptées

Finalement, un comité ad-hoc de scientifiques, spécialistes de cette maladie, est en voie d’être constitué afin d’étudier l’origine de son introduction et d’analyser les risques d’extension. Cette nouvelle alarmante a réactivé les réseaux locaux de surveillance phytosanitaire.

Rappel historique

Identifiée pour la première fois en 1874 en Australie, la maladie de Panama ou Fusariose se manifeste aujourd’hui dans presque toutes les zones tropicales et subtropicales de production de banane. Elle est due au champignon du sol Fusarium oxysporum sp, cubense, selon les explications hors micros de l’agronome Muteba.

Comme pour de nombreux pathogènes du sol, les moyens de lutte sont limités et consistent essentiellement en une mise en quarantaine plus ou moins longue des foyers élargis.

PAUL ZAÏDI

Leave a Reply

Input your search keywords and press Enter.