Now Reading:
MASISI : Les kidnappeurs de la jeune fille Joyeuse Buutsi enlevée depuis lundi dernier entre Sake et Goma exigent enfin 3.000$

MASISI : Les kidnappeurs de la jeune fille Joyeuse Buutsi enlevée depuis lundi dernier entre Sake et Goma exigent enfin 3.000$

Au départ fixée à 20.000$, les kidnappeurs de la jeune fille Joyeuse Buutsi exigent afin la raçon de 3.000$ pour la libération de la jeune fille Joyeuse Buutsi, étudiante de L’ISIG-GOMA enlevée depuis le lundi 4 juillet sur son chemin de retour de Sake pour Goma

D’après la famille de la victime, les ravisseurs viennent d’appeler le soir de ce jeudi 7 juillet pour pour exiger cette somme à transférer au plus tard ce vendredi 8 juillet sinon mort s’en suivra.

La jeune Joyeuse Buutsi, étudiante en L1 à l’Institut supérieur d’informatique de gestion de Goma (ISIG-GOMA) dans la faculté de santé publique a été enlevée par des inconnus le lundi 4 juillet alors qu’elle revenait de Sake où elle était partie récupérer les frais d’examens de la mi-session.

D’après Sophie Buutsi, grande sœur de la victime, c’est depuis hier mercredi que l’inquiétude s’est installée dans la famille après l’appel de l’autre sœur de Goma où réside actuellement la victime demandant si Joyeuse est toujours à Sake pendant que la famille à Sake la croyait déjà à Goma.

«Le lundi soir nous avons essayé de joindre Joyeuse pour lui demander si elle est bien arrivée mais son numéro ne passait pas et ne répliquait pas aux sms, là on a pensé que peut-être elle n’avait pas d’énergie, le mardi on pensait toujours qu’elle est à Goma, à notre grande surprise la grande sœur de Goma nous appelle ce mercredi pour savoir si Joyeuse est toujours à Sake, étant étonnés nous lui avons dit qu’elle est rentrée depuis le lundi, c’est à ce moment que le doute s’est installé» indique la grande sœur de la victime.

Le kidnapping s’est confirmé la nuit d’hier mercredi aux alentours de 19h lorsqu’une personne anonyme a appelé la mère de la victime pour lui signifier la détention de sa fille et l’exigence d’une somme de 20.000$ pour sa libération.

«Nous étions assis à la maison dans notre angoisse, d’un coup un nouveau numéro a appelé maman lui demandant si c’est elle la femme de Thode, maman a dit oui, puis lui ont dit nous avons votre fille dans la brousse depuis deux jours et nous exigeons 20.000$. voulant savoir un peu plus ils ont raccroché le téléphone» indique Sophie Buutsi.

Tout en s’inquiétant sur le sort de la santé de sa sœur et des examens auxquels elle doit participer à l’ISIG, celle-ci appelle la population en général et les autorités en particulier de venir en aide à sa famille pour retrouver Joyeuse Buutsi saine et sauve.

Les cas de Kidnappings sont devenus fréquents à Goma et alentours. À titre illustratif, la recrudescence de ce fléau n’est plus à démontrer dans le Groupement Kamuronza notamment à Sake où presque chaque semaine des personnes sont enlevées puis relâchées après payement d’une raçon.
Les acteurs de la société civile ne cessent d’alerter les autorités et prosposer des voies de sortie mais tout semble indiquer qu’on est encore loin de s’en sortir.

La rédaction

Leave a Reply

Free Porn porn Sex
Input your search keywords and press Enter.