Now Reading:
RDC : qui parlera du génocide Nande après la tragédie ? (Un billet de PAUL ZAÏDI)

RDC : qui parlera du génocide Nande après la tragédie ? (Un billet de PAUL ZAÏDI)

D’entrée de jeu, j’ai un grand respect pour les personnes qui font des témoignages nostalgiques qui s’achèvent très souvent par un mot de compassion très célèbre glisse-t-elle d’une voix calme <>.

Depuis octobre 2014, la population du territoire de Béni et de Lubero subit des attaques d’une cruauté monstrueuse, attribuées à un mystérieux groupe de rebelles ougandais, les ADF (Allied Democratic Forces). Rares sont les semaines sans massacre aux extrémités du Nord Kivu.

Malheureusement, nulle trace d’un témoignage factuel n’est disponible jusque-là, et les membres de la communauté Nande meurent innocemment au quotidien.

À mon humble avis j’estime que, les travaux des historiens sont importants, lorsqu’ils sont faits avec rigueur et honnêteté. Ils sont même indispensables pour immortaliser les substantielles de la vitalité humaine dans une zone sinistrée, pour la pérennisation contextuelle de l’histoire pour les générations futures.

La quête d’universalité qui devrait faire preuve d’un fondement de la démarche réfléchie pour la construction d’un musée, de l’érection d’un cimetière, d’un mémorial ou soit de la motivation d’une potentielle littérature n’est pas à la une, de planifications raisonnables de la classe intellectuelle et du leadership Nande.

Les morts des hécatombes sont reconnus par de nombreux historiens, mais il est rigoureusement contesté par les tenants de la parcelle du pouvoir public, qui ne cessent d’illustrer une simple guerre asymétrique.

C’est donc, une dérive évitable ! Posons un simple acte qui rappelera aux futures générations ce que nous vivons aujourd’hui, non pas pour une vengeance mais plutôt pour véhiculer les méfaits néfastes des hostilités du carnage.

Au finish je suis obsédé d’évoquer notamment, la façon dont on vit avec la mémoire du génocide, la façon qu’ont les rescapé(e)s de s’inscrire dans l’altérité, en réapprenant à faire confiance, à nouer des liens d’amitié.

Qui parlera du génocide Nande après la tragédie ?

PAUL ZAÏDI

Leave a Reply

Input your search keywords and press Enter.