Now Reading:
Beni : les prix du coup chez les prostituées ont considérablement chuté. Ceux-ci sont passés de 10000 à 3000 FC à Kasindi (Billet de Paul Zaïdi)

Beni : les prix du coup chez les prostituées ont considérablement chuté. Ceux-ci sont passés de 10000 à 3000 FC à Kasindi (Billet de Paul Zaïdi)

Faute de clients, et en raison de la conjoncture économique, les prostituées offrent désormais des services sexuels à moindre coût, nonobstant l’arsenal juridico-administratif et les autres dispositifs répressifs existants, le phénomène semble se propager dans l’ensemble du groupement des Basongora. Fort est de constater en effet que le combat des autorités publiques n’a que peu de prise sur les acteurs moins de dix-huit ans de ce secteur, tant nos observations montrent que la prostitution est en plein essor dans cette partie du grand Nord-Kivu.

Dans la cité frontalière de Kasindi en territoire de Beni, la prostitution gagne progressivement du terrain. Pour l’argent ou pour le plaisir, des jeunes filles mineures et des femmes de plus en plus déplacées de guerre en provenance des plusieurs agglomérations du secteur de Ruwenzori, et d’autres venues du village lacustre de Kyavinyonge, elle se livrent à cette pratique, désormais sans honte aucune. Sous le regard incrédule, parfois complice des autorités locales.

Devant cette poussée de prostitution favorisée par un proxénétisme ambiant à ciel ouvert, c’est désormais la responsabilité de l’Etat qui est engagée en tant que tutelle morale de la société. Perçue comme une activité génératrice de revenus au même titre que bien d’autres, le secteur de la prostitution à Kasindi se porterait bien avec des prix oscillant entre 2000 et 5000 francs congolais. Le reporter de lesvolcansews.net s’est intéressé à cette pratique considérée comme «le plus vieux métier du monde».

« Je suis native du village de Kisima, présentement je cohabite avec ma tente paternelle à Lubiriha. Pour parvenir à nouer les deux bouts du mois, Je suis en mesure de faire des rapports sexuels cinq à sept fois par jour et à chaque fois les blessures s’intensifient lorsque je couche avec un homme qui a un gros pénis, bon … Pleure … J’ai ne pas de choix« , a indiqué sous anonymat, une fille de 16 ans.

Dans les châteaux des maisons de tolérance « QG » et/ou hôtels de gamme moyenne de Lubiriha, l’offre paraît attrayante et moins coûteuse. Dans ces endroits, la tarification moyenne est évaluée à 3 000 et 10 000 francs congolais. La prostitution est jusque-là confinée à des endroits précis dont le plus célèbre à Lubiriha est sans doute le quartier Congo-ya-sika (Réf: QG appelé 40 portes).

De jeunes prostituées, dont l’âge varie entre 13 et 17 ans, sont en train de ravir la vedette aux femmes adultes, il était pourtant rare de trouver des adolescentes « au poteau ». Ces jeunes commerçantes du sexe sont installées tranquillement.

Interrogées, ces jeunes prostituées affirment savoir l’existence du Sida et ses dangers. Elles disent avoir pris l’habitude de se protéger avec le condom, mais, très souvent, certains « potentiels clients » refusent le port du préservatif en leur proposant de très fortes sommes. « Nous ne pouvons pas les rejeter parce que c’est eux qui gonflent nos recettes, surtout qu’ils sont parfois rare », a relevé une professionnelle du sexe.

Et donc, la prostitution a progressivement cédé la place depuis une quinzaine d’années à l’exploitation sexuelle et la traite des êtres humains, dominée par des réseaux criminels qui utilisent de multiples modalités de contrainte. La précarité et la vulnérabilité sont des facteurs déterminants d’entrée et de maintien dans la prostitution.

Au finish, la prostitution est reconnue comme le plus vieux métier du monde. L’éthique et la morale dans tous les continents condamnent sa pratique. Elle est à l’antipode des valeurs socioculturelles africaines. Elle est contestée par de nombreuses institutions nationales et autres conventions internationales.

Paul Zaïdi

Leave a Reply

Input your search keywords and press Enter.