Now Reading:
Ituri : un deuxième crime contre l’humanité à l’espace d’une semaine commis par la CODECO

Ituri : un deuxième crime contre l’humanité à l’espace d’une semaine commis par la CODECO

Les miliciens n’ont pas encore dit leur dernier mot en territoire de Djugu, précisément en chefferie de Bahema Nord.

Tenez, une nouvelle incursion de ces inciviques a été signalée le matin du dimanche 28 novembre 2021 au site de déplacés de Yivo de la même chefferie, incursion qualifiée d’un crime contre l’humanité car elle a ciblé un camp des déplacés considéré comme un lieu de sécurisation internationale de ces démunis.

Ici, ils ont réussi à tuer vingt-et-une (21) personnes par machette pour les unes et par arme à feu pour les autres, pendant que plusieurs autres personnes ont été également blessées et sont internées dans une structure sanitaire de Blukwa-etat, renseigne le président de la société civile de cette chefferie.

Charité Banza qui ajoute qu’une personne parmi les blessées était allée rendre l’âme à l’hôpital, rappelle les autorités sécuritaires tant congolaises que de la Monusco de voir comment renforcer l’effectif de leurs hommes dans les alentours des sites de déplacés vu que ceux-ci deviennent des cibles de miliciens CODECO à ce jour.

 » Le 28 novembre 2021, les miliciens CODECO des secteurs de Walendu Tatsi et de Walendu Pitsi ont attaqué le site de déplacés de Yivo, de la chefferie de Bahema Nord, territoire de Djugu à un kilomètre seulement du site de Drodro attaqué le dimanche 21 novembre dernier. Ici, ils ont abattu 21 personnes ( corps vus ) et blessé plusieurs autres. De l’hôpital de Blukwa-etat, un des blessés a rendu l’âme, ramenant alors le nombre de morts à 22, bilan qui reste encore provisoire  » explique cet activiste de la société civile joint par lesvoclansnews.net

Pour lui, ce deuxième crime contre l’humanité enregistré à l’espace d’une semaine doit interpeller les autorités du pays à voir comment rétablir la paix dans ce territoire en proie à l’insécurité depuis décembre 2017.

 » Il est bon temps pour nos autorités de prendre ses responsabilités  » a-t-il conclut.

Rappelons qu’à ce jour, plusieurs entités de la chefferie de Bahema nord à Djugu sont présentement sous menaces des attaques des miliciens de CODECO, après celles survenues il y a pratiquement une semaine à Drodro et à Rhoo. Signalons que jusqu’à là, aucune communication des autorités militaires n’est encore disponible.

Nickson Manzekele depuis Bunia

Leave a Reply

Input your search keywords and press Enter.