Now Reading:
Nord-Kivu : A cause de l’insécurité, 12 structures de sante ferment leurs portes à Oïcha

Nord-Kivu : A cause de l’insécurité, 12 structures de sante ferment leurs portes à Oïcha

L’insécurité demeure inquiétante dans le territoire de Beni plus particulièrement à Oicha, chef-lieu du territoire de Beni en province du Nord-Kivu.

Suite à cette situation, 12 structures sanitaires ont déjà été contraintes de fermer leurs portes.

C’est ce que vient d’alerter le Centre pour la Promotion des Droits Humains (CPDH) qui précise que ces structures sanitaires ont pour la plupart de ces 12 sur les 26 aires de santé que compte la zone de santé d’Oïcha ont été soit incendiées soit pillées lors des différentes incursions des rebelles Ougandais d’Alied Democratic Forces(ADF) qui oecument depuis 2014, la région de Beni.

“Au-moins 26 aires de santé que compte la zone de santé rurale d’Oïcha 12 structures sanitaires demeurent non fonctionnelles et 6 sont en voie de fermeture et seulement 8 fonctionnent sous surveillance sécuritaire.certaines de ces structures sanitaires ont soit été pliées ou incendié. alors la situation du personnel soignant N’est pas garantie certains d’entre eux ont été tués par les ADF dans la zone et d’autres par contre demeurent inconnus” lit-on dans un rapport de cette organisation.

D’après toujours cette organisation des droits de l’homme, cette situation a déjà impacté négativement sur les activités socio-sanitaires des habitants de la contrée qui depuis la fermeture de ces 12 structures sanitaires ont du mal à se faire soigner.

Par ailleurs, l’organisation indique même que les 14 autres structures de santé restantes sont aussi dans l’incapacité de couvrir le besoin sanitaire des habitants car elles aussi bien que n’étant pas incendiées, elles se butent un sérieux problème de manque des médicaments et autres intrants médicaux.

Outre le manque des médicaments et autres intrants médicaux, ces structures sanitaires font aussi face à un faible effectif du personnel soignant, la majorité des prestataires ayant déjà fuit craignant d’éventuelles représailles et atrocités de ces rebelles ADF déplore l’organisation qui révèle que même quelques prestataires de santé qui y rester pour soigner, exercent eux aussi leurs activités en servir minimun car vivant eux aussi peur au ventre.

Depuis un certain temps, les installations sanitaires sont devenues la cible des rebelles Ougandais d’ADF. Il y’a deux semaines, par exemple, au village Kisunga en chefferie de Bashu toujours en territoire de Beni, une structure sanitaire a été la cible des ADF, une trentaine des civils dont 8 patients ont péri dans cette attaque. Suite à cette situation, l’organisation plaide pour le renforcement des mesures sécuritaires pour éviter ce genre de situation à l’avenir.

Victoire Muliwavyo

Leave a Reply

Input your search keywords and press Enter.