Now Reading:
État de siège : « Les tenants de la parcelle du pouvoir doivent adopter une approche restreinte » (Profil Kambale Kalengya)

État de siège : « Les tenants de la parcelle du pouvoir doivent adopter une approche restreinte » (Profil Kambale Kalengya)

Dans la droite ligne de matérialiser le désir le plus profond du Président de la République Démocratique du Congo Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo de pacifier l’Est du pays en proie à l’escalade de l’insécurité, l’Assemblée nationale a donné lundi 30 août 2021 son quitus pour la 7ème fois consécutive, à la prolongation de l’état de siège dans les deux provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu.
Par un vote à main levée, les députés présents à la plénière du jour ont accepté cette prolongation de manière quasi mécanique, en dépit de la précarité sécuritaire dans ces zones où la tranquillité communautaire est une espèce en voie de disparition.

Dans une brève adresse l’après-midi de ce vendredi à lesvolcansnews.net , l’un des hauts cadres de la politique dans la partie Nord-Est du pays et membre potentiel du Burec, M. Profil Kambale Kalengya a estimé qu’au stade actuel, l’essentiel est que, les décideurs doivent procéder à l’adoption d’une approche limitative du délais de cette mesure exceptionnelle, dont l’objectif est de restaurer la paix qui est sans aucun doute, le socle du développement durable.

A en croire Profil Kambale Kalengya, l’indice chronique de la détérioration de la situation sécuritaire qui se vit dans la partie orientale de la RDC, suscite une allure d’ombre auprès de la population civile quant au rétablissement progressif de la paix. Ce dernier a axé nécessairement son message sur l’impérative de soutenir au conditionnel les efforts des Forces Armées de la République Démographique du Congo, en guise d’asphyxier les stratagèmes et les aventures militaires des terroristes Ougandais de l’ADF.

Signalons en outre que, depuis son instauration le 06 mai dernier et la nomination des officiers militaires à la tête de ces deux provinces, au moins 216 personnes, des civils pour la plupart, ont été tuées par des groupes armés, selon le décompte de la société civile de la région, des véhicules et des maisons incendiées et des milliers d’autres personnes supplémentaires, contraient de fuir leurs milieux de vie.

Malgré que, certains parlementaires attribuent les résultats merveilleux à l’évaluation générale de l’état de siège pendant que de voix de plus en plus nombreuses s’élèvent au sein de la classe politique et de la société civile, pour exiger la fin de cet état d’exception, dont les résultats tardent à venir. Les FARDC continuent à intensifier les processus de pacification régionale.

Paul Zaïdi lesvolcansnews.net

Leave a Reply

Input your search keywords and press Enter.