Now Reading:
Rond-point Birere : d’où viennent les embouteillages qui immobilisent des véhicules pendant des heures ?

Rond-point Birere : d’où viennent les embouteillages qui immobilisent des véhicules pendant des heures ?

Scandalisé, le collège des ingénieurs en transport et communication (Collirtracom) propose deux pistes de solution pour trouver une issue aux embouteillages quasi-permanents, surtout sur le tronçon qui mène à l’aéroport.

Le collège dénonce un silence traitre des autorités face au spectacle sordide des embouteillages autour du rond-point Birere, dans l’Est de Goma.’’C’est vraiment une honte dans une ville où il y’a des personnes qui devraient réfléchir et qui réfléchissent d’ailleurs, c’est cracher sur l’intelligence des ingénieurs que nous sommes, vouloir montrer que ce n’est pas possible de désengorger et d’endiguer les embouteillages sur la route de l’aéroport.’’, s’emporte l’ingénieur Félix Kalimba, coordonateur du Collirtracom.

En effet, dès la matinée, vers 9h, les conducteurs doivent déjà se montrer soit patients soit imaginatifs pour sortir des bouchons que l’on retrouve sur les axes qui vont du rond-point-Birere. Souvent, cela est le rythme jusqu’au soir. ‘’Imaginez qu’un visiteur venait dans la ville et rencontrait tout cela, c’est vraiment une honte !’’, s’interroge l’ingénieur Félix Kalimba.

Faire tomber le mur inutile de l’aéroport de Goma !

Une fois la chute du mur de l’aéroport, le travail à suivre serait de construire une deuxième voie à la route qui longe ce mur, actuellement. Pour le Collirtracom, une route à deux sens sera la solution durable aux embouteillages monstres qui constituent un manque à gagner. ’’Ça c’est vraiment la grande et la grande des solutions. Et si l’on fait semblant de ne pas faire ça, ça n’aura pas de sens jusqu’à la longue.’’, explique l’ingénieur Félix Kalimba.

Le coordonateur du Collirtracom donne la 2ème solution :’’La 2ème solution qui coûte moins chère c’est laquelle ? C’est de créer deux bretelles, droite et gauche. Les brettèles sont des routes secondaires qui peuvent désengorger la route principale. A partir du marché Kahembe, on peut aménager la route-là qui quitte le marché Kahembe jusqu’à la petite-barrière. Cela va désengorger les véhicules qui quittent le Rwanda pour le marché, uniquement pour le marché. Ces véhicules-là sont actuellement nombreux avec des tricycles, avec des passagers, au lieu de passer par la grand-route, on peut forer une brettèle Marché-Kayembe-Petite-barrière. La 2ème brettèle c’est laquelle ? Arriver au Nganda qu’on appelait Farwest, là il y’a une brettèle très capitale, une fois aménagée, les véhicules au lieu d’aller au rond-point vont désengorger la voie publique.’’

Les embouteillages sont devenus un véritable casse-tête à Goma, depuis ces 5 dernières années. L’asphaltage de la quasi-totalité des routes principales du chef-lieu de la province du Nord-Kivu, dans l’Est de la R.D.Congo, s’est accompagné d’un foisonnement des véhicules. Du coup, cela donne l’impression que les routes sont restées les-mêmes dans la ville pourtant les conducteurs ont désormais des alternatives aux quelques kilomètres de routes asphaltées qui existaient, autrefois.

Dans la matinée, à midi et le soir entre 15h et 20h, l’on rencontre des embouteillages stressants non seulement au rond-point Birere. Ils sont aussi sur le tronçon rond-point Signers-Instigo-Hôpital général-entrée TMK, le tronçon Entrée Afya Bora-Marché-Alanine-Entrée Président, le terminus ULPGL, le tronçon Ecole Virunga-Quartier-Rond-point-Mutinga, le rond-point chez Hila, le tronçon Semahore-Dispensaire la famille-Rond-point Afya Bora et sur le tronçon rond-point Mutinga-Majengo.

Les embouteillages se sont beaucoup plus accrus au cours de ces deux derniers mois de festivité de fin d’année 2020, on pouvait observer.

Frédéric Feruzi

Leave a Reply

Input your search keywords and press Enter.