Now Reading:
‘’Après le discours de Félix Tshisekedi ce dimanche, nous allons marcher’’ (UDPS)

‘’Après le discours de Félix Tshisekedi ce dimanche, nous allons marcher’’ (UDPS)


A la veille du discours du président de la République à la nation congolaise, ce 6 décembre, les attentes riment avec la tension qu’on observe surtout dans les QG des partis politiques, opposés au sein de la coalition au pouvoir. Dans l’opinion, on craint le pire si le mot du chef de l’Etat n’arrangeait pas tous les coalisés !

L’annonce de la marche de l’UDPS après le discours est relayée par la cellule du territoire de Kalehe, au Sud-Kivu. Il ne s’agira pas d’une marche de colère, pour exprimer peut-être la déception des militants du parti au pouvoir qui s’attendent surtout à la dissolution de l’assemblée nationale et la rupture totale de la coalition FCC-CACH.

En effet, il est possible que le président Félix Tshisekedi n’obéisse pas encore au bon vouloir de militants en majorité radicaux de son parti. Il est chef de l’Etat, garant de l’unité nationale, de la stabilité du pays et de la bonne continuation du fonctionnement des institutions nationales. Animé de sagesse d’homme d’Etat, le président de la république a déjà choisi, lors d’expériences précédentes, de suivre une voie différente de celle où la pression de l’UDPS le conduisait, témoin son discours à la nation du 23 octobre.

C’était une grande déception pour plus d’un tenant des manières fortes dans les relations avec le partenaire d’en face, le FCC. Les ultra-radicaux auraient souhaité que le chef de l’Etat dissolve le parlement et brise la coalition.

Une marche plutôt de soutient au discours du chef de l’Etat !

Nommer un informateur pour identifier une nouvelle majorité parlementaire. Cette option revient de plus en plus dans le langage des militants de l’UDPS, en ces derniers moments alors que l’on attend le discours du chef de l’Etat. Ont-ils eu une fuite d’info que c’est ce que Félix Tshisekedi va annoncer ce dimanche à 15h30 ? Personne ne sait, mais dans l’affirmative, cela ne serait pas du tout du goût des sociétaires du FCC qui ont multiplié des déclarations depuis une semaine pour clamer le maintien de leur majorité parlementaire.

Les chiffres de leurs représentants à l’assemblée nationale vont au même moment vers la baisse, c’était d’abord 338 députés, puis 305 la dernière fois et l’on ne sait combien aujourd’hui. Après des soupçons de corruption de certains des députés de la redoutable plateforme politique, le FCC, lors des consultations nationales, la crainte d’avoir perdu plusieurs de ces élus nationaux est visiblement dans le camp du FCC. Ils ont d’ailleurs prévenu que rien ne pourra se faire dans les institutions sans le FCC et surtout à l’assemblée nationale.

Député du PPRD qui a signé la pétition du député Mbindule de Butembo, qui affirme avoir récolté 250 signatures dont celles des députés du FCC pour destituer le bureau de Jeanine Mabunda, Guy Mafuta propose au FCC de saisir le vote des députés sur le départ ou non du bureau de Mabunda, pour prouver qu’il garde encore la majorité parlementaire. Pour cet élu, ça sera l’occasion de mettre fin aux spéculations sur l’orientation aujourd’hui de la majorité parlementaire.

Toutefois, des voix s’étaient déjà élevées du coté des pro-FCC que ce débat a été clos lors du vote du budget 2021 du premier-ministre FCC, à l’assemblée nationale. Ils ont estimé que cela a prouvé à suffisance que le FCC garde sa majorité à travers la faveur exprimée envers le budget, qui revêt toujours un grand symbole politique.

En dehors du respect de l’accord que le président de la république aurait signé avec le président honoraire, Joseph Kabila, lors de la passation du pouvoir, le FCC s’est toujours prononcé en faveur de la cohabitation si le CACH décide de mettre fin à la coalition. Il ne marie pas l’idée de la nomination d’un informateur car il croit disposer de la majorité parlementaire qui lui confère, selon les prescrits de la loi, la gestion du gouvernement.

Si donc le président de la république annonce ce dimanche la nomination d’un informateur, cela pourrait paraitre comme de la provocation pour le FCC qui prétend avoir la majorité parlementaire. Si la nomination d’un informateur semble l’option la plus plausible après certaines pressions diplomatiques, notamment au niveau de la SADC, qui feraient que le chef de l’Etat ne brise pas la coalition encore moins l’assemblée nationale, il faut donc soutenir l’option de l’informateur pour qu’elle s’impose aux rivaux du FCC, visiblement pour l’UDPS.

Cela serait l’une des raisons qui font chanter maintenant à l’UDPS la mobilisation derrière le discours du chef de l’Etat à la nation. ‘’Cette mobilisation doit montrer que le peuple congolais…soutient le président Félix Tshisekedi’’, explique Luc Masonga, cadre de l’UDPS dans le territoire de Kalehe, au Sud-Kivu.

Ce militant très engagé dans le territoire de Kalehe charge le FCC. ‘’Cela n’a fait que trop durer, le temps que les caciques du FCC ont imposé au peuple congolais des conditions de vie inacceptables, de la pauvreté’’.

Sauf changement, le chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi, s’exprime ce dimanche à partir de 15h30, heure de l’Est de la R.D.Congo. Le président de la République doit présenter le rapport des consultations nationales et annoncer les décisions prises pour donner une nouvelle orientation au pays, après les crises persistantes entre les alliés du FCC-CACH.

Par Frédéric Feruzi

Leave a Reply

Input your search keywords and press Enter.