Now Reading:
RDC : Débat au Sénat sur la problématique de prise en charge des déplacés internes

RDC : Débat au Sénat sur la problématique de prise en charge des déplacés internes

 Les sénateurs ont entamé, jeudi au Palais du peuple, le débat sur la problématique de la prise en charge des déplacés internes, notamment ceux de l’Ituri, du Nord et du Sud-Kivu, au cours de la plénière consacrée à la question orale avec débat adressée au ministre des Actions humanitaires et solidarité nationale, Steve Mbikayi Mabuluki, par le sénateur Célestin Vunabandi Kanyamihigo.

Plus d’une dizaine des élus des provinces sont intervenus lors de cette séance présidée par Alexis Thambwe Mwamba, président du Sénat, en vue de mettre en exergue la question de déplacés internes, dont certaines statistiques placent la RDC à la tête des pays qui regorgent le plus grand nombre de déplacés internes dans le monde, avec près de 5 millions de personnes, suite à l’activisme des groupes armés et des catastrophes naturelles.

Certains sénateurs ont déploré le manque de plan prévisionnel pour les déplacés qui vivent dans des conditions précaires.

D’autres ont, cependant, relevé le dysfonctionnement du gouvernement sur cette question, avant d’insister sur les causes des déplacements des personnes qu’il faut éradiquer.

Dans sa question orale, le sénateur Célestin Vunabandi voulait avoir des explications sur la situation exacte de l’Agence de gestion des fonds humanitaires deux ans après sa mise en place.

L’auteur de la question orale s’est préoccupé notamment du fonds alloués aux interventions de cette agence, de l’organisation des secours sur le terrain et de la collaboration du gouvernement. La problématique de la résilience et les grandes lignes des interventions sont entre autres préoccupations exprimées par le sénateur Célestin Vunabandi.

Dans sa réponse, le ministre Steve Mbikayi a fait savoir qu’en 2019, le fonds engagés s’élevaient à 19.209.298.085 FC, tandis que le fonds ordonnancé et payé était de 4.950.547.770 FC, soit environ 25% du budget des interventions qui s’élevaient à 20 milliards FC.

En 2020, a-t-il souligné, jusqu’au mois de novembre, les engagements sont de l’ordre de 35.327.288.125 FC, et les paiements s’élevaient à 5.721.974.000 FC, soit 13% sur un budget annuel de 45 milliards de Francs congolais.

La province de l’Ituri regorge actuellement environ 1,2 millions de déplacés, repartis notamment dans le territoire de Djugu avec 66 sites aménagés. Le Nord-Kivu compte un million de déplacés à Béni, Masisi, Rutshuru et le Sud-Kivu plus de 700.000 déplacés.

Grâce aux ONG et aux agences humanitaires des Nations Unies comme OCHA certains déplacés ont accès aux aides, a affirmé le ministre Steve Mbikayi Mabuluki.

Emue de savoir que les déplacés internes éprouvent de difficultés faute de l’indisponibilité de fonds alloué à leur cause, la sénatrice Francine Muyumba a levé l’option de mettre à la disposition du ministère des Actions humanitaires et solidarité nationale 10% de ses émoluments afin de soutenir l’Agence de gestion des fonds humanitaires.

Le ministre Steve Mbikayi est attendue à la plénière prochaine pour répondre aux préoccupations exprimées au cours du débat par les sénateurs.

À l’issue de ce débat, la plénière a auditionné les rapports synthèses des groupes parlementaires des provinces. ACP

Leave a Reply

Input your search keywords and press Enter.