Now Reading:
Nord-Kivu : « Tout militaire ou policier est interdit d’être dans les carrés miniers, l’armée met en garde les opérateurs économiques qui les utilisent » (Gén Léon Kasonga)

Nord-Kivu : « Tout militaire ou policier est interdit d’être dans les carrés miniers, l’armée met en garde les opérateurs économiques qui les utilisent » (Gén Léon Kasonga)

Le porte parole des Forces armées de la République Démocratique du Congo en séjour à Goma depuis l’après-midi de ce vendredi 18 septembre 2020 vient de taper du poing sur la table en interdisant toute présence d’hommes en uniformes dans des carrés miniers comme cela est vécu dans plusieurs sites miniers du pays, surtout ceux du Nord-Kivu où ce sont soit les militaires soit les policiers qui y sont visibles.

D’après le Général Léon Kasonga interrogé par la presse de Goma, ce sont les opérateurs économiques qui les utilisent à titre de gardiennage dans leurs carrés miniers, malheureusement en violation de la loi. C’est pourquoi il met en garde tous ces opérateurs économiques qui, une fois attrapés, pourront répondre devant la loi.

 » Il est interdit aux hommes non revêtus de la qualité de militaire de porter les armes et de se promener en tenue de la police et de FARDC. Il est demandé, d’ailleurs formellement interdit aux opérateurs économiques d’utiliser les militaires et les policiers dans les carrés miniers au titre de gardiennage. Également aux militaires eux mêmes, pendant les heures de services et en dehors des heures de service, ils sont interdits de se promener en arme, » a déclaré le Général Léon Kasonga.

Le porte parole de l’armée est à Goma dans une forte délégation de la haute hiérarchie militaire conduite par le Chef d’État-major général des Fardc, le Général Célestin Mbala qui dit être dans la partie Est du pays pour une mission d’inspection de commandement de l’armée régulière.

Signalons que la présence des militaires ou policiers dans les carrés miniers du Nord-Kivu ne cesse d’être décrié par plusieurs personnes. Le 17 juillet dernier par exemple, les jeunes ressortissants du territoire de Masisi avaient organisé un « sit-in » au gouvernorat de province. C’était pour saisir l’autorité provinciale sur des multiples tueries issues de cette présence d’hommes en uniforme dans des carrés miniers.

Victoire Muliwavyo

Leave a Reply

Input your search keywords and press Enter.