Now Reading:
Bunia : Sur instruction du gouverneur militaire, le maire de la ville suspend le bouclage des motos sans plaque

Bunia : Sur instruction du gouverneur militaire, le maire de la ville suspend le bouclage des motos sans plaque

Fini le suspens, la recommandation des conducteurs motos demandant aux autorités de la province de leur accorder un temps pour s’approprier en plaque d’immatriculation vient d’être répondue par les gouvernants.

Tenez, le maire de la ville de Bunia a rendu officiel la soirée du mercredi 19 janvier 2022 la suspension du bouclage des motos sans plaques d’immatriculation débutée le mardi, 18 janvier 2022.

Sur ordre du gouverneur militaire lieutenant général Luboya N’kashama Johnny, l’autorité urbaine indique que c’est suite aux mouvements de manifestation des taximan d’une part et d’autre part des familles de ces conducteurs des motos en grande partie composées des déplacés des guerres hébergés dans des sites de déplacés à Bunia.

 » La manifestation n’est pas bonne et nous autorités compétentes, nous ne sommes pas bien quand on voit des manifestations dans la ville. Mais quand les gens commencent à pleurer pour la plaque d’immatriculation, ça ne peut plaire au gouverneur. Quand il voit ses enfants pleurent, il ne peut pas être à l’aise. C’est pourquoi nous avons décidé de leur accorder une durée jusqu’au 15 février et voir leur volonté comme promis par leurs représentants  » a dit le colonel John Cabuine.

D’après la même autorité urbaine, les taximen ainsi que les détenteurs des motos doivent faire preuve du calme pendant cette période dans laquelle ils ont appelés à s’approprier de ces matériels.

Pour rappel, le bouclage des motos sans plaque d’immatriculation avait débuté le mardi 18 janvier 2022. Pour cette première journée, plusieurs manifestants ont été blessés pendant que deux morts seraient enregistrés lors des altercations entre les services de sécurité et les taximan qui, eux à leur, recommandaient la sécurisation des divers axes routiers d’intérêt économique provincial. Toujours lors de cette première journée, un journaliste a été même agressé par deux militaires FARDC qui avaient aussi ravi son dictaphone et porte monnaie qui restent encore introuvables jusqu’aujourd’hui.

Nickson Manzekele depuis Bunia

Leave a Reply

Input your search keywords and press Enter.