Now Reading:
Masisi : Réunie en assemblée extraordinaire, la population du Groupement Kamuronza dit non à l’insécurité

Masisi : Réunie en assemblée extraordinaire, la population du Groupement Kamuronza dit non à l’insécurité

Réunie ce samedi 15 janvier dans une assemblée générale extraordinaire initiée par la société civile du Groupement Kamuronza à Sake, la population, toutes les couches confondues, de ce groupement, vient de décider de s’investir activement pour le rétablissement de la paix et la sécurité dans cette partie de la chefferie des Bahunde en territoire de Masisi

Dans un débat ouvert, les points saillants qui freinent le développement de cette entité ont été abordées par les habitants venus de tous les coins de ce groupement.

Un accent particulier a été mis sur la question sécuritaire qui devient de plus en plus préoccupante sanctionnée par les cas de Kidnappings à répétition, les vols reccurents dans les quartiers de Sake, Mubambiro et ailleurs, le banditisme exagéré des jeunes etc.

Des noms de certains fils de Kamuronza identifiés comme présumés bandits de grand chemin ont même étaient cités par la population, des présumés malfaiteurs qui seront surveillés à loupe et interrogés en cas d’un autre cas d’enlèvement.

Bien que la société civile au cours de la rencontre a prêché pour éviter la justice populaire, la population à vive voix dans la salle et à notre micro a garanti que si un changement ne se manifeste pas dans les prochains jours, elle s’occupera elle même de ces bandits un par un.

Face à cette situation, la société civile du Groupement Kamuronza, dans un mémorandum adressé aux autorités recommande toute une série de mesures palliatives.

Voici les recommandations de cette structure qui ont été lues par le président Muisha Busanga Léopold :

  1. Au gouverneur militaire du Nord-Kivu de :
  • Faire une descente à Sake qui, à la suite du passage historique du Président de la République Démocratique du Congo va palper du doigt certaines questions qui reviennent, dont la mise au point sur la problématique soulevée dans ce Mémorandum et l’état de siège par rapport à ce que nous avons déploré
  • Constater et remédier au problème du camp des démobilisés et des rendus de Mubambiro qui, selon nous, constitue une réelle bombe à retardement relativement à la sécurité de notre province en général et de notre Territoire et mieux notre Groupement en particulier ;
  • Réfléchir sur un arrêté allant dans le sens de la sécurité en ce qui concerne les opérateurs cellulaires quant aux questions de Kidnappings, des menaces d’attentats et des diverses formes de participations criminelles mettant en exergue les réseaux cellulaires et en fin,
  • Réfléchir déjà sur la capacité des autorités de base à sortir de ces crises permanentes en cette période exceptionnelle où tout semble rouge au préjudice de la population.
  1. À l’administrateur du territoire de Masisi :
  • D’instaurer une réunion hebdomadaire d’évaluation des questions sécuritaires avec les chefs de groupement et chefs de localités ainsi que des responsables des ONG oeuvrant dans le territoire utilisant les axes dangereux ;
  • De commencer à travailler avec toutes les structures citoyennes en permanence avec toutes les forces de défense en éveil par la stratégie de Bureau mobile (une semaine de travail à Sake, à Kitshanga, une autre à Mweso, une autre dans les montagnes à MUSHAKI, NGUNGU, KARUBA et vers les coins reculés à Nyamitaba et Kausa ; ceci comme avantage essentiel l’instauration de l’autorité de l’autorité de l’État sur l’ensemble du territoire de Masisi
  • De réfléchir sur l’idée d’une police de proximité dans la traque de ces bandits des droits Communs et ainsi lever l’équivoque sur ces innombrables conflits de compétences entre tous les services de sécurité en ce qui concerne des infractions, le rétablissement de l’ordre public, les questions de l’intégrité territoriale,… peut être ça nous aidera à la fin de voir des questions d’abus de confiance des dettes, des conflits de limites parcellaires sur les tables de l’agence nationale de renseignements à quelques lieux qu’elle se trouve sur le Territoire de Masisi.
  1. Aux autorités judiciaires du Nord-Kivu :
  • De respecter le droit et les victimes des crimes cités dans les présents mémorandum ;
  • De s’assurer que les personnes condamnées purgent effectivement leurs peines et ;
  • De s’impliquer d’avantage dans la question de l’impunité en travaillant avec nous de manière sincère, honnête et objective pour arrêter les criminels et ainsi aider à rétablir l’ordre et la sécurité dans nos milieux.

Rappelons que cette initiative de la société civile du Groupement Kamuronza intervient après la notification de plusieurs cas de Kidnappings des habitants, humanitaires ainsi que le banditisme de tout genre dans cette partie du territoire de Masisi

Jérémie Kabali, depuis Sake

Leave a Reply

Input your search keywords and press Enter.