Now Reading:
Pratiques traditionnelles à l’école: la fessée d’un enseignant qui tue une élève de 3ème à Ikobo

Pratiques traditionnelles à l’école: la fessée d’un enseignant qui tue une élève de 3ème à Ikobo

Par Frédéric Feruzi

La fessée est traditionnelle dans nos salles de classe en RDC, mais qu’elle cause la mort d’une élève, c’est inédit. Voici ce qui a au juste tué l’élève de 3ème à l’école primaire Kanune, à Ikobo, ce vendredi.

Avant les débuts de cours, l’enseignant reçoit l’instruction du directeur de l’école primaire Kanune d’infliger une punition de 3 fouets à chacun des écoliers retardataires. L’enseignant choisit de frapper sur les mains de gamins, précise le notable John Muhemeri d’Ikobo.

A sa plus grande surprise, l’instituteur voit l’infortunée s’écrouler. Elle perd la vie sur-le-champ. A vrai dire, est-ce les coups de fouets qui tuent l’enfant ? Peut-on s’interroger jusqu’ici. En effet, nombre de ses camarades ont déjà reçu la même sentence pour leur retard, or ils survivent.

La cause de la mort est plutôt celle-ci : une crise de tension. Mais ce qui est curieux, la fillette n’avait que 12ans ! Elle aurait piqué sous l’effet du stress mais pas à cause de frappes, laisse entendre notre source. 

L’enseignant aux arrêts !

La police n’a pas hésité d’arrêter l’enseignant. Son infraction, le meurtre d’un élève. Le professionnel de la craie est détenu au commissariat de la police à Buleusa, l’une de principales localités du groupement Ikobo, dans l’Ouest du territoire de Walikale, au Nord-Kivu.

Le conseil que le notable John Muhemeri donne aux enseignants, c’est de tirer un trait sur la tradition du fouet pour punir un élève. Il les invite à promouvoir plutôt le pédocentrisme qui place l’enfant au centre de l’éducation. Recourir au fouet reste un risque, car certains enfants développent des problèmes de santé spécifiques que les enseignants ignorent, selon le notable.      

1 comment

Leave a Reply

Input your search keywords and press Enter.
%d blogueurs aiment cette page :