Now Reading:
Ituri : Un député dénonce le mauvais traitement des agents de Safricas Bunia

Ituri : Un député dénonce le mauvais traitement des agents de Safricas Bunia

Le député provincial Jean-Bosco Assamba alerte sur la maltraitance des agents de Safricas/Bunia par cette société. Selon lui, ce mauvais traitement est de plusieurs manières.

 » Depuis plus d’une année, la plupart d’agents sont utilisés comme journaliers sans aucun contrat il y a de cela plus d’une année. Et pourtant la loi fixe le travail de journalier à 22 jours. Dépassé ce délai légal, l’agent ou travailleur a droit de signer un contrat avec l’entreprise qui l’utilise. Chose que Safricas ne fait pas. Il y a discrimination au sein de service sur le plan salarial et autres frais tel que le frais de mission. Pas de différence également entre les machinistes et les chauffeurs qui sont payés de même manière, et pourtant dans d’autres entreprises, les machinistes sont mieux payés que les chauffeurs. Les heures supplémentaires ne sont pas prises en compte, alors qu’ils travaillent parfois jusqu’au matin, cela sans prime de risque. Inexistence de la délégation syndicale. D’où, manque de moyen de réclamation ou revendication, » a déclaré cet élu de la circonscription électorale de Bunia dans un document dont nous detenons une copie.

À en croire Jean-Bosco Assamba, l’agent qui hausse le ton est sommé de quitter le service sans préavis en violation flagrante du code de travail qui garantie les voies de revendication ou réclamation des travailleurs.

Il ajoute également que Safricas Nord-Kivu et Lubumbashi ayant fermé leur porte suite aux arriérés des travailleurs, sont suppléés par Bunia du point de vue financier.

 » Les agents sont souvent payés le 60eme jour voir même au délà! Et, ce qui est grave est que désormais l’argent de financement de Safricas pour l’asphaltage des voiries urbaines de Bunia est logé et contrôlé dans la caisse de Safricas à Goma, » écrit-il.

Voilà pourquoi il recommande :

 » Que Safricas régularise la situation sociale de ses agents dans l’immédiat, si non, nous serons dans l’obligation soit d’interpeller le responsable à l’assemblée provinciale, soit de rompre tout simplement ce contrat de Safricas et le gouvernement provincial de l’Ituri, » conclut Jean-Bosco Assamba.

Nous n’avons pas encore eu la réaction du chargé de communication de la société safricas.

Nickson Manzekele depuis Bunia

Leave a Reply

Input your search keywords and press Enter.