Now Reading:
Nord-Kivu : 3 femmes tuées par leurs partenaires, Sauti ya Mama Mkongomani (SMM) dénonce le silence et réclame justice

Nord-Kivu : 3 femmes tuées par leurs partenaires, Sauti ya Mama Mkongomani (SMM) dénonce le silence et réclame justice

Les 3 femmes sont mortes entre décembre 2020 et février 2021. Le point commun qu’elles ont c’est qu’elles ont été tuées par leurs partenaires d’amour, mais chacune est morte dans une circonstance différente.

Fin 2020, la première victime a été une jeune fille que le petit-ami avait tuée puis décapitée, à Sake, cité située à 27 kilomètres, dans l’Ouest de Goma. La photo de la tragédie avait été largement partagée dans les réseaux sociaux. On pouvait y voir le corps nu, sans tête et ligoté de la jeune fille.

Un peu après, une autre femme a été enterrée vivante à Kitchanga, dans le territoire de Masisi, par son mari. Un autre cas qui a créé beaucoup d’émoi a été rapporté à Munigi, dans le territoire de Nyiragongo, plus au nord de la ville de Goma, c’était en février 2021. Un policier a brûlé sa femme dans leur maison. C’était une soirée, après de longues disputes dans la journée, l’homme était sorti, par après, il était revenu pour mettre du feu sur leur maison. Cette femme y était morte.

L’organisation féminine ‘’Sauti ya Mama Mkongomani, SMM’’ est indignée qu’aucun procès n’ait été annoncé pour juger les auteurs de ces meurtres, des semaines, parfois des mois après.

‘’Les auteurs de ces crimes sont connus…Nous demandons justice pour toutes ces femmes’’, déclare Nelly Lumbu Lumbu, activiste de droits des femmes et coordonatrice de la SMM.  

La SMM réclame une loi spéciale contre les violences domestiques 

‘’La protection des femmes pose encore problème au niveau de la province du Nord-Kivu’’, fait observer Nelly Lumbu Lumbu.

Pour elle, il faut une loi spéciale pour régler la question des violences domestiques qui gardent une ampleur bien considérable en RDC. Elle explique que la loi sur les violences sexuelles est limitée. De son coté, le code de la famille comporte des dispositions éparses, en d’autres mots des dispositions qui n’abordent pas suffisamment la question des violences domestiques. La nécessité est donc là!

‘’Ça nécessite qu’il y’ait une politique, qu’il y ait une loi spéciale qui protège les relations entre mariés, entre enfants, mais sur le plan des violences qui se commettent dans les familles. En France, partout dans le monde, il y’a toujours des lois!’’, explique Nelly Lumbu Lumbu.

Cela doit se faire dans l’urgence, laisse-t-elle entendre.

‘’Il y’en a qui viennent à notre bureau, repassées par leurs maris, qui viennent avec des plaies horribles, qui sont en situation difficile’’, fait-elle savoir. Nelly Lumbu Lumbu dénonce ces violences et appelle à la mobilisation de tous.

‘’Pendant ce mois de la femme, nous voudrions lancer le cri d’alarme de toutes ces femmes pour dire non, non aux violences domestiques, non à l’extrême violence que subissent les femmes dans leurs familles’’, s’insurge-t-elle.

L’activiste des droits de femmes appelle au même moment à l’installation des centres de refuges des femmes en détresse, face au rejet que plusieurs essuient actuellement lorsqu’elles décident de rentrer dans leurs familles d’origine, après des violences conjugales.

‘’S’il y’a des centres de refuge pour femmes, des centres de consolation, où l’on sait que ces femmes peuvent y aller et recevoir de l’aide psycho-sociale, l’aider comment ramener son mari à l’ordre. Ce centre-là peut servir à mettre les deux époux ensemble et faire de la médiation. Nous ne sommes pas en train de dire que nous allons prendre la place des cours et tribunaux, parquets, mais nous pensons que s’il y’a déjà cela, ça va diminuer aussi ces querelles et ces plaintes que le juge est parfois obligé de suivre dans sa juridiction. Ça va aider à mettre aussi de l’harmonie dans nos familles!’’, explique Nelly Lumbu Lumbu.

Pour elle, une loi spéciale contre les violences domestiques n’est pas une loi des épouses contre leurs époux mais elle sera bénéfique aux 2 partenaires conjugaux et à la stabilisation des foyers.             

Par Frédéric Feruzi

Leave a Reply

Input your search keywords and press Enter.