Now Reading:
Tueries des cambistes à Goma: le RACANOKI balaie d’un revers de la main les accusations de l’ACANOKI

Tueries des cambistes à Goma: le RACANOKI balaie d’un revers de la main les accusations de l’ACANOKI

Le président du rassemblement des cambistes du Nord-Kivu « RACANOKI », Nzala Kamabu Fiston, a réfuté les allégations de l’association des cambistes du Nord-Kivu(ACANOKI) les accusants d’être à la base des assassinats de leurs membres depuis un mois.

C’est ce qu’il a indiqué dans un communiqué de presse de ce lundi 31 août 2020 dont lesvolcansnews.net s’est procuré copie.

« Le racanoki rejette toute les accusations injustes sans fondement de Mirindi Caleb et certaines femmes membres de l’ACANOKI ayant manifesté au bureau du maire de la ville de Goma le vendredi, lui imputant faussement et par jalousie l’assassinat des cambistes à Goma, » dit Nzala Kamabu Fiston.

Le président du RACANOKI ne croit pas même que que l’ACANOKI ait pris le temps avant d’alléguer les chiffres qui ne reflètent même pas la réalité malgré que c’est toutes les corporations des cambistes qui sont touchées par les meurtres criminels qui sont déplorés depuis le début de l’année en cours.

« Le RACANOKI condamne fermement les assassinat répétés depuis le début de l’année 2020 des cambistes Murhula Julien et Rukira Jospin (membres de MUCANOKI), Tokotala Héritier ( RACANOKI), Kahindo Shahsa (ACRDR) et Noella Cadette de (L’ACANOKI). Le RACANOKI sollicite des autorités des enquêtes pour que les auteurs soient repondent de leurs actes, » plaide le RACANOKI.

Outre ces précisions, le RACANOKI appelle les cambistes de toutes les tendances à veiller à leur sécurité en mettant en marche certaines mesures dont rentrer en temps à la maison soit avant 17h00.

Toutefois, Nzala Fiston invite les personnes ayant des preuves impliquant son association dans les actes de meurtres à saisir la justice.

Pour appel, le vendredi dernier, les membres de l’association des cambistes du Nord-Kivu (ACANOKI) sont descendus dans la rue accusant le rassemblement des cambistes du Nord-Kivu (RACANOKI) de recrutement abusif dans cette association.

L’ACANOKI s’était confiée au maire de la ville pour la départager avec sa rivale qui, selon elle, s’illustre par des actes tendant des pièges à ses membres.

La Rédaction

Leave a Reply

Input your search keywords and press Enter.