Now Reading:
Réouverture des églises : la mairie de Goma n’exclut pas le déploiement des policiers dans les églises irrespectueuses de mesures de prévention

Réouverture des églises : la mairie de Goma n’exclut pas le déploiement des policiers dans les églises irrespectueuses de mesures de prévention

Une grande réunion a eu lieu ce jeudi à Goma sur la reprise des activités des églises et mosquées dans la ville.Le maire adjoint et les représentants des confessions religieuses ont réfléchi sur les voies et moyens de prévenir la propagation du coronavirus à partir des lieux de cultes .

La mairie de Goma est convaincue de l’influence qu’exercent les leaders religieux sur leurs ouilles dans la ville. Pour le maire adjoint, Juvénal Ndabereye, il est souhaitable les pasteurs, les prêtres et les imams usent de leur pouvoir pour conscientiser leurs fidèles de la menace que fait désormais planer le coronavirus sur Goma, devenu désormais la deuxième ville de la république démocratique du Congo à rapporter le plus de cas d’infections du Covid-19, après Kinshasa.

Lors des discussions dans la grande salle de la mairie de Goma ce jeudi, il a été surtout question des mesures que les églises et mosquées doivent envisager pour limiter au maximum le risque de contamination pendant le service du culte. Entre autres mesures, la présence de dispositif de lavage de mains à l’entrée des lieux de cultes, les fidèles devront s’assoir en respectant le 1m de distance et les églises pléthoriques pourront organiser différents cultes. Dans les paroisses catholiques, les ministres du culte devront offrir l’hostie sans toucher la main de fidèles et le 1m devra être respecté dans les files de ceux qui vont communier. Aussi, les petits enfants n’accompagneront plus les adultes à l’église durant cette période particulière. Dans les églises de réveil du Congo, l’imposition de mains est de nouveau interdite et il n’y aura pas de salutation en se serrant les mains.

La police pour arrêter des pasteurs récalcitrants ?

Oui, laisse entendre le maire adjoint de la ville de Goma. M. Juvénal Ndabereye relativise toutefois que la police nesera pas là pour faire le gendarme. Les leaders religieux n’ont qu’à prendre leurs responsabilités pour contribuer à la riposte au coronavirus qui met en danger tout le monde.

Une église correcte ne devrait même pas attendre que la police intervienne pour observer les mesures de prévention, laisse entendre le révérend-pasteur Samuel Ngayembako, représentant légal de la communauté baptiste au centre de l’Afrique(CBCA).‘’C’est dommage qu’on parle de récalcitrants dans l’église. Dans l’Église, les chrétiens sont appelés à l’obéissance. Ils sont sauvés par l’obéissance du christ et dans leur vie ils vivent l’obéissance. Nous demandons au membre de nos paroisses, de nos églises de montrer qu’ils sont effectivement enfants de l’obéissance’’, déclare le révérend-pasteur Samuel Ngayembako.

Ce même message sera aussi prêché aux pasteurs des églises de réveil du Congo (ERC), annonce le révérend-pasteur Faustin Tambwe, coordonnateur de l’ERC au Nord-Kivu. Il va les réunir dès ce samedi à Goma. C’est souvent chez les églises de réveil que l’on rencontre en effet le grand nombre des leaders qui enfreignent les principes et normes publics, selon certains observateurs.
Pour rester dans les instructions données par l’État pour limiter la propagation, l’Église catholique ira jusqu’à scinder ses chorales surpeuplées en plus petites de sorte à avoir le moins de personnes dans les messes, a fait savoir l’abbé Benjamin Tulikunkiko, curé de la cathédrale de Goma.


Lors de son discours d’annonce de la levée de l’État d’urgence sanitaire le 22 juillet, le président de la république avait précisé que les activités des confessions religieuses reprendraient le 15 aout. A la veille de cette date, les églises se mobilisent à Goma pour s’apprêter à recevoir leurs fidèles dès samedi prochain.

Par Frédéric Feruzi

Leave a Reply

Input your search keywords and press Enter.