Now Reading:
Covid-19 : 2020 sur fond d’un Ramadhan privé de la tradition musulmane

Covid-19 : 2020 sur fond d’un Ramadhan privé de la tradition musulmane

La fête de la rupture du jeûne qui marque la fin du mois sacré de ramadhan a eu lieu dimanche 24 mai. Selon le conseil Congolais du culte musulman, cette année, à cause de la pandémie du coronavirus, les nombreux fidèles qui ont l’habitude de rompre le jeûne en famille et qui se rendent à la mosquée le soir pour prier ne l’ont pas fait suite aux mesures de confinement.

Le rassemblement des musulmans a été appelé à célébrer la prière de l’Aïd à domicile, individuellement ou collectivement dans le cercle familial restreint, comme depuis le début du confinement, les mosquées sont toujours fermées.

Pour rappel, le Ramadhan est le neuvième mois du calendrier hégirien, calendrier auquel se réfèrent les musulmans. Au cours de ce mois, les musulmans ne doivent pas manger, boire, fumer et avoir des rapports sexuels de l’aube au coucher du soleil.

Le ramadhan, quatrième pilier de l’islam qui a commencé en République Démocratique du Congo le 24 avril, a été vécu pour grande partie à domicile, les autorités musulmanes déconseillant tout rassemblement.

Le Conseil Congolais de Culte Musulman détermine chaque année les dates de début et de fin du ramadhan sur base de l’observation du croissant lunaire, en conformité avec le choix opéré par les principaux pays arabo-musulmans.

«Ne jeûnez que lorsque vous verrez le croissant lunaire et rompez le jeûne lorsque vous le verrez aussi,» Prescrits du Coran.

L’Aïd-el-Fitr est traditionnellement l’occasion de repas de fête en famille, de visites rendues à ses proches et d’échanges de cadeaux.

PAUL ZAIDI

Leave a Reply

Input your search keywords and press Enter.