Now Reading:
Masisi/Spoliation : L’administrateur du territoire pointé du doigt dans cette affaire

Masisi/Spoliation : L’administrateur du territoire pointé du doigt dans cette affaire

Les parcelles de l’État vendues, la société civile hausse le ton.
C’est en tout cas un secret de polichinelle qui est déniché par la société civile territoriale.

Depuis un certain temps, il s’observe une situation de vente des terrains de l’État sans trace, au chef lieu du territoire de Masisi qui porte le même nom.

Une préoccupation qui prend fort à coeur la population locale et sa société civile qui lance d’ailleurs un cru d’alarme aux autorités provinciales. Pire encore, le chemin qui mène vers le flambeau du drapeau national a été vendu et les autorités locales restent silencieuses. La rédaction des Volcansnews.net s’est penchée sur cette situation en joingnant une source fiable qui corrobore cette information avec un coup de marteau.

Joint par le canal téléphonique, ce mercredi 27 novembre, le président de la société civile noyau de Masisi confirme cette information et lance de nouveau un appel aux autorités compétentes d’organiser une décente à Masisi pour s’en quérir de la situation.

 » C’est depuis la nuit de temps , que nous décruons ces comportements de la part des autorités Politico-Administratives . Actuellement cette situation de spoliation est entrain de prendre de l’ampleur au chef-lieu du Territoire de Masisi. Et cette fois-ci , cette dernière exagère, parce que ça a même touché presque le flambeau du drapeau national de la Rd.Congo. C’est sans doute par l’entremise de l’autorité territoriale , Mr Kangankolo Cosmas , qu’il y eu spoliation. Pour sa part, la population déplore également ces comportements et nous entant que Société civile, nous avions déjà alertées partout au niveau de la province et en espérons qu’il aura toujours des réactions favorables, car nos élus s’y impliquent aussi. » , a-t-il laissé entendre avec un ton de regret.

Poursuivant son speach, Amani Bakulu Jerson , a tenu à décourager les acheteurs de ces parcelles avant de clore l’entretien.

 » Ceux qui achètent ces parcelles auront difficile à les exploiter , parce que nous n’allons pas nous taire et nous osons croire qu’il aura une suite favorable, » , conclut-il au téléphone de votre rédaction.

Pour rappel, nos efforts pour joindre l’autorité locale accusée dans ce dossier sont restés sans effet.

Dossier à suivre avec des pincettes…

Cedrick Sadiki Mbala

Leave a Reply

Input your search keywords and press Enter.